ZX6R sur circuit – Roulage Carole – 22 Mars 2019 – Carton

Suite au dernier roulage aux Écuyers

Depuis roulage de la semaine dernière, après un bon nettoyage, je suis juste revenu sur les cales-pieds. J’ai essayé de les faire descendre
au maximum et de les repousser vers l’arrière.

Au final j’arrive à ça :

Je peux pas aller plus bas ni plus loin. En plus j’ai tout mesuré 2 fois et malgré ce que pourraient laisser croire les photos les cale-pieds sont bien à la même hauteur et correctement alignés.

Je note que la moto semble consommer un peu de liquide de refroidissement. Pas de panique. Je ne sais pas vraiment quel était le niveau avant d’aller aux Écuyers. Ceci dit, il va falloir que je garde un œil là dessus. Il est possible que cela vienne du radiateur qui a été « réparé » (voir un des billets précédents). À suivre…

Tout premier roulage à Carole

Je me suis inscrit au roulage, la veille, en ligne (95€ pour 3H de roulage, quand même). Je ne comprends pas pourquoi il faut souscrire à une responsabilité civile alors que j’en ai déjà une. Ce n’est pas clair du tout cette histoire.

Il s’agit d’un roulage libre. Autrement dit, il n’y a pas de sessions par niveau et tout le monde est mélangé. Quand il y a 30 pilotes qui tournent, l’accès à la piste est bloqué et il faut attendre que l’un d’entre eux sorte pour pouvoir rentrer.

11H00 :

Le roulage commence à 14H00. Comme je peux me le permettre, j’arrive sur place à 11H00 avec un gentil accompagnateur. Je veux être sûr d’avoir du temps pour m’installer, ne pas avoir à galérer avec la remorque et avoir accès facilement à une prise électrique. De plus, je ne me sens toujours pas d’aller seul à une journée sur circuit.

Je suis content, pour l’instant on est trois sur le parking. Nous allons donc pouvoir prendre notre temps et cet après midi ce sera royal!

Je réalise qu’il faut une prise « caravane » pour pouvoir alimenter les couvertures chauffantes. En discutant avec le gardien du circuit je commence par me faire gentiment « engueuler » parce ce que je ne le tutoies pas et il me file un adaptateur. Sympa le gars.

On trouve ce type d’adaptateur sur Amazon pour 8€.

Ensuite le gardien m’apprend que cet après midi ça va être blindé. Et merde… C’est rappé pour les sessions que j’avais en tête… Ceci dit on est « safe » car il n’y aura pas les gars du promosport qui sont à Nogaro.

Il fait très beau et comme je suis venu avec un minimum de choses (moto, couvrantes et 2 sièges, pas d’outils, rien…) on tape la discute avec les voisins, on mange un morceau et on va se balader.

Pour le déjeuner j’ai fais plus light qu’aux Écuyers. Ce sera 2 pommes et rien de plus.

J’adore cette ambiance de paddock et mon accompagnateur aussi. Ca fait bien 35 ans que j’ai pas remis les pieds sur un circuit moto mais les gens sont restés les mêmes. Un vrai plaisir que de les retrouver.

Entre temps les autres pilotes arrivent et le parking se rempli rapidement.

13H00 :

Nous branchons les couvertures chauffantes, thermostat 80°C

13H30 :

Je vais à l’accueil pour me faire enregistrer et recevoir le bracelet qui rend possible l’accès à la piste. Bien sûr il y a un peu de monde. Celui qui a loué une des motos du circuit passe devant nous (normal il va avoir 12 000 papiers à remplir). Il est suivi par les abonnés et ceux qui sont enregistrés en ligne.

Au comptoir j’annonce fièrement que je suis un piou-piou, que c’est la première fois que je viens à Carole et la deuxième fois que je roule avec ma mobylette. Je demande un gilet jaune pour être raccord avec mon statu de piou-piou. Le gars m’en prête un contre mon passeport (faudra pas que j’oublie d’aller rendre le gilet en fin de journée).

13H45 :

Tout ce monde ça me stress. J’étais bien mieux aux Écuyers. Là, j’ai l’impression que je vais faire suer tout le monde, que j’ai pas le niveau, que c’est tous des cadors… Bon, arrête de cogiter. T’as payé, t’es là, alors enfile ta combine et roule.

Quel brin… J’ai pas perdu assez de poids et je boudine dans la combine. La honte…

13H55 :

On enlève les chauffantes… Casque, gants et je démarre la moto. Tout le monde se met à la queue leu leu pour badger et rentrer sur la piste.

14H00 :

C’est officiel je me suis fait dessus… En fait je crois que c’est dû au nombre de pilotes car la dernière fois aux Écuyers (on était 5 à tourner) ça ne l’a pas fait.

Les gars rentrent sur le circuit. Kawette me fait suer car elle ne tient pas le ralenti. Enfin si, elle tient tout juste le ralenti mais dès que je passe une vitesse elle cale.

Et merde, c’est déjà à moi de badger. Elle cale. Le badge passe pas. Put%$^… J’enlève le gant. J’ai chaud, je sue, je stresse… Ayé, c’est bon, ça passe. Je remet le gant gauche, j’avance de 2 mètres pour pas boucher l’accès à la pointeuse. Le gars du circuit me parle mais je comprends rien. En fait il me dit de dépasser la barrière qui est levée. Je démarre, tant bien que mal, je dépasse la barrière et Kawette cale de nouveau… Ca va être long cet après midi… Heu… Je suis toujours pas mal stressé… Je remet mon gant, je redémarre et j’avance doucement en essayant de voir si je vais pas couper la route d’un gars déjà lancé. Je tourne bien la tête à fond vers la droite mais en fait mon œil droit regarde au delà du verre de mes lunettes. Bref, je devine plutôt que je ne vois ce qui arrive. Pourvu que Kawette ne cale pas… Allez finalement c’est parti pour 20 min.

En fait, Samedi dernier, sans regarder l’heure, je faisais des sessions de 30 min. Faites pas ça, c’est trop long. 20 min. c’est bien et ce qui est encore mieux c’est qu’en bouclant le premier tour, y a une grosse horloge sous la passerelle. Allez c’est parti jusqu’à 14H20.

Pour ces premiers tours de roue, je veux vérifier comment ça se passe avec les cales pieds et découvrir la piste.

Voilà le plan de piste que j’ai utilisé lors des visionnages préparatoires sur YouTube.

14H18 :

L’heure est sans doute fausse mais avant la fin de ma première session de 20 minutes on s’arrête car un gars est sorti au virage Hotel. À priori rien de grave. La moto est couchée dans les graviers et le gars aussi. Il tape le sol comme pour se maudire d’avoir loupé son freinage.

En fait le carton était beaucoup plus grave que ça et la piste a été immobilisée pendant plus d’une heure… J’espère ne jamais avoir à mobiliser les pompiers, le SAMU etc. autant de temps.

xxHxx :

La piste est ouverte de nouveau. Comme j’ai mis un peu de temps à réagir, la piste est complète (30 pilotes) et je dois attendre un peu devant la pointeuse. Allez zou, c’est reparti pour 20 min.

J’ai toujours le problème de ralenti. La moto semble carrément couper par moment. En fait, si je coupe les gaz trop longtemps elle cale… Elle me l’a fait au virage Golf alors que je rétrogradais. J’ai entendu un gros bruit (je croyais avoir pété la chaîne), j’ai levé la main alors que j’étais en roue libre. Comme y avait personne j’ai tenté un coup de démarreur et tout est reparti.

Au bout des 20 min. il est temps de m’arrêter car j’ai senti l’avant glissouiller dans le virage Hotel. C’est entièrement de ma faute, manque d’attention sous doute dû à la fatigue. Bref, je sors, c’est l’heure.

16H40 :

C’est parti pour ma dernière session. Pas de choses notables à part:

  1. Ces histoires de ralenti et de moto qui coupe. Demain faut absolument que je règle le problème.
  2. Ensuite, j’ai le casque qui me tombe sur les yeux. C’est vraiment chi%* et c’est bizarre car avec l’autre moto, celle de route, j’ai pas le problème. En plus le casque date de l’été dernier… Les mousses ne sont pas quand même pas déjà tassées. Va falloir s’en occuper rapidement.
  3. Dernier point… Je suis toujours aussi nul… Certes ce n’est que la deuxième fois que je roule avec Kawette mais bon, je conduis comme un CRS. Vivement la formation de Mai à la Ferté Gaucher. Il est clair que les gars chez DRRS n’auront pas volé leur salaire ces deux jours là! Ils vont prendre cher les pauvres…

17H05 :

La piste est fermée. Je sors et après m’être changé, nous rechargeons gentiment la voiture. Je n’oublie pas de rendre la prise caravane ni de rendre le gilet. Le gardien m’annonce qu’il va sans doute falloir amputer le gars qui est tomber. Fait chier… Vraiment… On ne vient pas là pour ça.

Je suis moins fatigué qu’à la fin de l’après midi aux Écuyers mais j’ai quand même ma dose et la banane.

À retenir

  • Les cale-pieds sont OK. De toute façon je peux pas faire mieux. Je dois faire.
  • Aucun soucis sur la piste. Mon accompagnateur m’a confirmé que les pilotes plus rapides attendent gentiment derrière les gars plus lents et qu’ils doublent dès qu’ils peuvent (c’est sans doute lié au fait que c’était pas un Samedi ou un Dimanche)
  • Uniquement 2 gilets jaune cet après midi? Bizarre. J’ai vu des gars qui étaient bien plus lents que les autres. Oui, bien sûr, c’est pas la gloire le gilet jaune mais bon je pense que c’est à utiliser surtout lorsqu’il n’y a pas de session par niveau. Ca rend service à tout le monde.
  • Sessions de 20′
  • Demain, Samedi je m’occupe du ralenti de Kawette et de cette histoire de casque. Faut aussi que je fasse la vidange de la moto mais ça c’est sur ma liste de TO DO.
  • La bonne nouvelle c’est que je ne peux que m’améliorer. Il est pas prévu, à priori, que je revienne cette année à Carole. Ceci dit, suite à la formation DRRS de Mai cela vaudrait je coup de revenir en semaine afin de voir de combien ont évolué les chronos (là, je sais que je me traîne en 1’23 »).

Prochain roulage Le Vigeant le week-end prochain. C’est sur 2 jours, on roulera en Pirelli et il y aura des groupes de niveau. Je me demande dans quel état physique je vais être dimanche soir… Encore heureux je ne serais pas seul pour faire la route du retour.

Allez, la suite au prochain épisode…

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.