ZX6R sur circuit – Roulage Vigeant – 30 & 31 Mars 2019

Avant Vendredi

Le soir, je passe du temps sur YouTube à essayer d’appréhender la piste

J’ai bien aimé ces vidéos. Je les passe à 75% de la vitesse normale en ayant le plan des pistes sous les yeux et en notant ce qui me semble important. Je repère les cônes de mise sur l’angle, de point de corde et de sortie. J’essaie de repérer les points de freinage etc.

Le plan de la piste que j’utilise

Le même plan avec mes notes. C’est la deuxième ou troisième version du plan annoté je crois. Pas sûr que les pattes de mouches soient bien lisibles ou que les abréviations soient claires.

Vendredi

Je charge la voiture avec la moitié de l’atelier. Il y en a 10 fois trop mais on est que deux à faire le voyage. On a donc de la place et cela me permet de vérifier encore une fois la check-list.

Aucun problème sur la route si ce n’est le manque de puissance du Duster et la remorque qui n’arrête pas de tirer-pousser sur la voiture.

Le temps de passer à la chambre d’hôte pour prendre les clés et on arrive au Box que le Team56 à loué vers les 19H00.

On sent que tout le monde est très heureux de se retrouver. Il y a eu du boulot de fait sur les motos cet hiver c’est sûr. Tout le monde a hâte de retourner en piste. Ca se sent… C’est dans l’air.

Bon allez, je vais à l’enregistrement histoire de sauver une demi-heure de sommeil demain matin. C’est réglé en 2 min. chrono et je ressort avec mes deux bracelets au poignet droit.

21H00 : Une fois que tout le matériel est sorti, que ceux qui devaient monter des Pirelli l’on fait et que le box commence à ressembler à quelque chose on se met à table. C’est incroyable la logistique qu’il faut mettre en place. Dans le désordre il y a :

  • 12 motos (il y en aura 14 dimanche je crois)
  • 20 personnes et 1 chien
  • 2 frigos, 1 micro-onde, machine à café, machine à bière
  • Compresseur
  • De quoi changer et équilibrer les roues
  • Tables, bancs, chaises, assiettes, couverts…
  • Toute la bouffe (et la boisson) pour 4 repas à 20 personnes
  • Dessertes, essence, outillage…
  • Autour du box il y a en plus camions, voitures, camping car… Avec pour chacun son propre « petit merdier » perso avec lequel il est pas envisageable de voyager. 🙂

Samedi

Tous les niveaux sont représentés dans le groupe. En ce qui me concerne je suis chez les Piou-Piou, les débutants, les niveaux 100. Compte tenu que les agendas étaient décalés je ne vais vraiment pouvoir parler que de ces sessions.

Histoire de pas être en retard j’arrive sur le circuit vers 7H30 après avoir pris le petit déjeuner à la chambre d’hôte. Le luxe…

Vu l’état du ciel, on va avoir une superbe météo. Pour l’instant ça pêle encore un peu (j’ai mis mon sou-pantalon) mais ça va vite monter, c’est sûr.

Dans le box les gars sont déjà debout et naviguent entre fin de ptit’dej et bricolage autour des motos. A ce stade elles n’ont besoin de rien, elles sont prêtes depuis longtemps mais je pense que c’est un bon moyen de s’occuper l’esprit et d’éviter de penser. Je suis certains que tous (moi le premier), outre l’excitation d’y revenir, il y a une certaine part d’appréhension (pas sûr toutefois que ce soit le bon terme).

7H50 : on commence à mettre les couvertures chauffantes.

8H00 : on se dirige vers le briefing. On sent que c’est rôdé chez Box23… Y a un monde pas possible (je crois avoir entendu parlé de 150 pilotes).

Après la remise du sticker qui atteste notre présence au briefing, nous les Piou-Piou, avons droit ensuite à une présentation du circuit et à une discussion à propos de la position sur la moto. Toujours utile même si je suis sûr que les gars autour de moi, depuis des semaines, passent leurs nuits sur YouTube…

A 9H00 les « pro » (série 400) envahissent la piste. Nous, on est « laaarge » car on ne tourne qu’à 10H00. C’est bien, la piste sera plus chaude…

9H45 : attention l’ordre est important. Toilettes, dorsale et fermer la combine (les bottes sont déjà aux pieds).

9H55 : les niveaux 100 arrivent et s’alignent dans la pit-lane. Je met en route Kawette qui tient très bien le ralenti (voir le billet précédent à Carole). J’enlève les chauffantes. Casque, gants. Un gars du Team56 enlève gentiment la béquille arrière. Un peu d’appréhension autour du nombril mais je m’avance (le box donne directement sur la pit-lane). A peine arrivé, un gars de l’équipe Box23 vient inspecter les bracelets (merde, ils sont sous le gant droit et il faut que je dézippe la manche de la combine)

10H00 : Bon, ben c’est parti…

Ce que je retiens des 2 sessions de la matinée (10H00 et 11H20)

  • J’apprends le circuit. C’est marrant car il y a des notes et des choses vues sur YouTube qui s’appliquent parfaitement et d’autres où la situation réelle me parait très différente de ce que j’ai pu analyser image par image la semaine précédente. Il y a quelques virages où je passe mais trop souvent, mes roues passent à côté du PC (point de corde)
  • Je m’habitue à rouler à plus de 200 km/h. C’est peut être idiot à dire mais comme on passe notre vie à 90 80 km/h je ne sais pas ce que cela fait que de rouler aussi vite. Bref, à la fin de la matinée je n’hésite plus à enrouler du câble dans les lignes droites (chose que je ne faisais pas à Carole la dernière fois). Afin de perturber la moto le moins possible, la plupart du temps je monte les vitesses sans embrayage. Bref j’apprends réellement à piloter Kawette. On a du temps (10 sessions ce week-end), c’est bien, je sens qu’on va progresser tous les deux.
  • Je m’habitue à voir les vibreurs me sauter à la figure. Non, non, je n’ai pas le casque qui frotte par terre. Il n’empêche. Si on fixe intensément le PC, à un moment y a tout ce rouge et ce blanc qui vous saute à la gorge. Faut juste s’y habituer. Ensuite ce qui s’est passé en cours de matinée, c’est qu’avant d’arriver au point de corde, je faisais bien attention à fixer le PS (point de sortie). Cela aide à atténuer cette sensation de « sautage à la gueule ».
  • Pour l’instant je reste prudent et mes freinages en bout de ligne droite se font à 200 m. Je suis toujours aussi bluffé par la qualité de freinage de la moto. A mon niveau, tant que j’en veux y en a… Un vrai bonheur. Côté freinage, ce qui ne va pas c’est le manque de régularité. Un coup c’est comme je veux, le tour d’après c’est pas top… En d’autres termes un coup je suis trop lent et il faut que j’en remette un coup alors que je suis sur l’angle, ou bien je suis trop vite. Bref, ça manque de constance tout ça… En plus, j’ai toujours cette tendance à freiner tard (à mon niveau s’entend…) et à finir de relâcher complètement le levier de frein après la mise sur l’angle. Ce que je souhaite dans un premier temps c’est arrêter de faire ça. Je veux revenir à un freinage classique, en ligne droite et de ne plus avoir les doigts sur le levier au point de mise sur l’angle (PMSA). De plus, je sens bien que je ne sens pas mes cuisses serrer le réservoir lors du freinage… Il va falloir revenir là dessus car les 2 ou 3 fois où je l’ai fait j’ai vraiment senti la différence au niveau des bras (ils sont moins mis à contribution et c’est bien mieux pour l’ensemble fourche-bracelet).
  • La position… Comment dire sans être trop désobligeant… Police Nationale, Gendarmerie… En gros ce matin, c’est pas ça du tout et je le sais d’autant plus que je suis allé voir les photos en fin de journée.
  • Par contre, je suis très content d’un truc… Je suis serein (sauf peut être lors des gros freinages en bout de ligne droite, et encore). Par exemple, en virage j’ai le temps de vérifier que mes mains sont « lite » sur les bracelets, j’ai de la bande passante pour analyser la position du gars devant moi ou comprendre ce qui se passe dans ma trajectoire. J’arrive à repérer le photographe, un pote ou mon épouse sur le bord de la piste. Enfin bref je suis pas en mode panique, c’est assez plaisant et je me dis qu’il y a donc de la marge pour progresser.

12H20 : Déjeuner au calme. Ca fait bizarre… Y a plus un bruit ou presque sur le circuit. L’ambiance est champêtre, les tables sont de sortie, il fait beau… On se croirait en été. Comme il n’y a eu aucune casse mécanique et pas de chute l’ambiance est excellente. De plus les pilotes confirment qu’ils prennent de plus en plus de plaisir et les chronos baissent. Bref, c’est que du bonheur… Cerise sur le loukoum, la bouffe est bonne. Que demander de plus?

Ce que je retiens des 3 sessions de l’après midi (13H50, 15H10 et 16H30)

  • Suite discussion à table je supprime presque entièrement la garde de la poignée de gaz. Cela va rendre la moto plus réactive.
  • J’ai l’impression qu’on se fait gratter 2 ou 3 min. à chaque session par l’organisation. Ca correspond plus ou moins à un tour de circuit. C’est pas dramatique mais 10 fois 2 min. sur un week end ca fait 20 min. soit une session complete. Une des sessions (je sais même plus si c’était le matin ou l’après midi) a même été carrément annulée en cours de route car un gars n’est pas sorti alors que les drapeaux rouges avaient été agités. Tout le monde a été puni à cause d’une andouille…C’est tout à fait justifié, je comprends mais c’est dommage. Heu… Non le gars en question n’a pas été lynché par les autres pilotes (moi de toute façon je souhaitais qu’on l’empale sur un fer rouge…)
  • Le rituel des couvertures, des toilettes, de l’équipement, du respect du timing pour aller sur la pit-lane se met en place très très vite. On rentre rapidement dans une certaine routine ce qui libère la tête. C’est bien.
  • Les motos sont extraordinaires… Y a aucune mécanique à faire, elles ne bronchent pas, elles tiennent le ralenti et se comportent dans les stands comme la moto de monsieur tout le monde mais se déchaînent sur piste. C’est un sacré confort. Je ne suis pas sûr que les jeunes de l’équipe réalisent ce qu’ils ont entre les mains. « Z’ont pas connus les 350 S2 de la coupe Kawa qu’il fallait démarrer en sautant dessus en amazone… Ptits cons, va… ». Moi en tout cas je suis aux anges et bluffé par tant de facilité d’utilisation.
  • Les pneus tiennent bien. C’est sûr en tant que débutant c’est pas nous qui en demandons le plus. Ceci dit, je sais pas pourquoi j’avais dans l’idée qu’ils allaient partir en fumée très rapidement. Ceci dit, j’ai pris et ajusté les pressions une fois le matin et une fois l’après midi.
  • Même si ma fourche sort de révision, je suis allé présenter la moto à « l’atelier » suspensions l’après midi. Ils nous en avait vendu les mérites le matin lors du briefing. Ca a pris moins de 5 min. Il y avait sans doute rien à redire mais je ne suis pas sûr que le gars ait prêté toute l’attention requise. Je crois avoir compris qu’il y avait un de ses potes juste derrière moi. Enfin bref, pas grave de toute façon je suis encore loin des limites de la moto. On verra plus tard. J’ai quand même mis un Rilsan sur un des tubes avant car le mécano m’a dit que la fourche était peut être un peu trop dure.
  • J’ai quand même le sentiment d’avoir beaucoup de difficulté à améliorer les choses dans les virages où c’est pas venu de suite. Par contre j’ai aussi l’impression d’améliorer les choses dans les portions de circuit où c’est allé « bien » assez rapidement. C’est assez bizarre et finalement assez frustrant comme sentiment. Par exemple comment passer plus vite dans le trop tard? Comment faire dans le droit qui conditionne la ligne droite des stand… Faudrait pouvoir inviter un grand frère dans le groupe des Piou-Piou. Ceci dit, après le briefing du matin on a plus vu le Marshall. C’est dommage, cela aurait été utile de faire un ou deux tour dans sa roue… L’implication du Marshall est sans doute LE point sur lequel Box23 peut s’améliorer notablement.
  • Grosse erreur de ma part. Je ne relis pas mes notes entre les sessions. Je l’ai dit, avant de venir j’ai passé pas mal de temps à visionner sur YouTube. J’ai un plan des pistes avec des notes et des remarques. Je suis un idiot car à aucun moment, même le soir par exemple, je n’ai jeté un œil dessus. Je ne le ferai plus. Promis juré 🙂
  • Un peu dans le même esprit, je trouve que je ne me donne pas de thème ou de sujet à travailler lors des différentes sessions. C’est d’autant plus dommage que sur le week-end on a 10 sessions. On a donc la possibilité de travailler tel ou tel sujet sur une ou plusieurs sessions. Je peux comprendre qu’un pilote qui connait bien parte avec l’idée de faire « claquer un pendule ». Dans mon cas, en tant que débutant, je dois structurer les choses si je veux progresser. Si je ne le fait pas je vais avoir 10 000 choses à améliorer lors de chaque session et finalement rien ne va vraiment progresser. Exemples de sujets à travailler par session :
    • découvrir la piste
    • faire l’effort de freiner droit
    • s’assurer que les frein sont relâchés au point de mise sur l’angle (PMSA)
    • aller moins vite et faire passer les roues exactement sur tel ou tel point de corde qu’on manque régulièrement
    • sentir qu’on serre le réservoir lors des freinages
    • faire l’effort de sortir une fesse avant chaque virage
    • exagérer les choses et mettre mon menton sur ma main
    • vérifier que je tiens le bracelet comme une barre de baby foot (poignet et avant bras dans le prolongement)
    • Est ce que pour chaque virage je sais combien de vitesse il faut tomber. Ne plus vérifier sur quel rapport on est mais penser en terme de différence : +1, -2 etc.
  • En tout cas l’ambiance est au beau fixe. On se fait plaisir, les sessions passent rapidement (c’est un signe). A la fin de la journée un collègue nous annonce qu’on tourne (nous les débutants) en 2’15. En fait nous ne savions pas si on tournait en 2’45, 2’30… Bon, on a une base de départ avec laquelle on va pouvoir se comparer.

18H00 : Je prends le temps d’aller voir les photos. Catastrophe! Ce sont des publicités pour la Gendarmerie Nationale. Je suis droit comme un ‘i’, bien dans l’axe de la moto. Pourtant de mon côté j’avais l’impression de tout donner… Bon, là aussi c’est une base. Je reviendrai demain et on verra ce que l’on verra!

En fin d’après midi j’en profite pour resserrer un peu mes bracelets. Pour l’instant ils sont, de l’avis de tous, beaucoup trop écartés. Je vais donc enfin pouvoir justifier d’avoir emmené la moitié de l’atelier 🙂

Certains font le plein pour demain. Je remarque leurs pompes à syphon. C’est sûr il m’en faut une (1.55€, livraison gratuite). J’ai trop galéré l’autre jour avant de venir. J’en ai fichu partout… Là, qu’elle soit manuelle ou électrique c’est un vrai bonheur.

19H00 : Des voitures prennent possession de la piste. Y a de tout et on voit des Renault 5, des Lotus et une GT 40. Sympas, certains pilotes de voiture embarquent des pilotes moto (qui ont un bracelet qui prouve qu’ils sont assurés). Suite aux commentaires il semble qu’on les fument à l’accélération mais que nom de Zeus, ils nous atomisent côté freinage.

19H30 : Je suis plus trop sûr de l’horaire. Box23 organise une tombola. Grosse et bonne surprise un gars du Team56 gagne une paire de pneus et un autre une combinaison sur mesure! Valeurs respectives 400 et 1 700 € tout de même.

21H00 : Après un apéro à rallonge on passe tous à table.

23H30 : Je vais me coucher car on va perdre une heure de sommeil. Allez, demain sera un autre jour. J’ai la ferme intention de poser le genou…

Dimanche

8H00 : Arrivée au box. Direct je met les couvertures en route. Il va faire super beau mais pour la première session je vais encore garder mon sous-pantalon. Je vais courir un peu histoire de réchauffer la bête. Je met la combine et je fais 1 minute de squats pour me donner bonne conscience…

Ce que je retiens des 5 sessions de la journée (10H00, 11H20, 13H50, 15H10 et 16H30)

  • Le gros changement par rapport à hier c’est qu’on s’amuse plus chez les Piou-Piou. La première session est toujours un peu stressante mais ensuite comme on sait qu’on roule pareil et essaie de partir et de rouler ensemble. C’est cool et sympas. Les sessions passent alors à vitesse grand V. En plus sur piste on connait ceux qui avancent moins bien et je sais que je vais me faire fumer par un vieux SRAD que j’arriverai pas à suivre…
  • Dans le Team56, il y a eu une ou 2 visites du bac à gravier, une casse mécanique et un problème de bulle d’air dans le circuit de refroidissement d’une belle R1 (l’avait qu’à rouler en Kawette… :-))
  • Comme mon Shoei me tombe sur les yeux, tant que je n’ai pas reçu la nouvelle mousse intérieure j’utilise un bonnet de type « rappeur du 93″… Top la classe! Ca m’a donné une raison pour aller voir et essayer sur piste un des casques Shark lors de la première session de l’après midi. Sauf erreur de ma part j’ai tourné avec un Pro GP Carbone (1000€ le bout quand même). En Mai, suite au stage de pilotage, le 3eme jour c’est une journée Nolan. Ce sera l’occasion d’essayer encore autre chose.
Shark
  • On tourne en 2’10 » en fin de journée. Je crois qu’aucun de nous ne s’attendait à ce qu’on gagne 5 sec. En ce qui me concerne j’ai pas eu l’impression d’aller plus vite. On va pas se plaindre. Donné c’est donné. Ce qu’il y a de bien c’est que je suis certains qu’en soignant les freinages (qui conditionnent la vitesse d’entrée et de passage en virage) on peut facilement gagner 10 sec. Si ensuite on soigne la position de conduite qui conditionne notre capacité à accélérer et donc la vitesse au bout de la ligne droite après le virage… Là… On saute 3 catégories d’un coup 🙂 Bon, on va se calmer et travailler le freinage dans l’axe. Après on verra…
  • J’ai pas réussi à poser le genou mais c’est pas grave. Ca arrivera quand ça devra arriver. Je pense aussi que c’est un truc qui sera réglé lors du stage en Mai à la Ferté Gaucher.
  • Nombre de pilotes n’ont pas fait leur dernière session. Trop de fatigue. Dans l’ensemble les Piou-Piou ont répondus présent. A mon avis cela veut dire qu’ils s’économisent plus quand ils roulent ou bien qu’ils descendent moins le soir à l’apéro. Plus sérieusement ça signifie certainement qu’on manque d’engagement physique dans nos sessions. C’est bon à savoir car on a donc des marges de progression aussi de ce côté là.
  • A la toute dernière session on a décidé de partir ensemble et de se faire vraiment plaisir. En vieux requin j’ai laissé les jeunes devant sur la pit-lane. Les pauvres agneaux… Hi, hi, hi…Bon je fais court. À un moment ils sont à ma botte, je les passe au freinage du Buisson, je m’échappe car je sais que je suis pas bon au Trop Tard… Super, j’ai encore la main, je ne vois aucune ombre et aucune roue à ma droite… Et merde, drapeau rouge… En fait, après la seconde passerelle, un gars est sur la piste et il ne bouge plus. La moto quand à elle est dans l’herbe un peu plus loin. Pas cool de terminer la journée comme ça. On espère tous qu’il était juste choqué. Bon, de toute façon la réserve s’allume, à mon avis c’est un signe, c’est l’heure de rentrer. Comme tous les autres je lève la main et je sors immédiatement de la piste.

17H00 : Certains sont partis en milieu d’après midi mais à notre retour de session on voit bien que les autres ont sérieusement commencé à ranger.

Pris par le chargement j’ai oublié d’aller voir les photos afin de vérifier si il y avait eu des changements dans ma position sur la moto. C’est vraiment idiot de ma part.

17H45 : On est dans la voiture. J’ai encore 400 bornes à me taper… M’en fout, je vais avoir le temps de cogiter à la meilleure façon de tourner en 2’05 » voire le 2’00’ la prochaine fois 🙂

To Do

  • Démonter la chicane du pot et voir si je peux en commander une autre en spare.
  • Faire un test avec une croix en fil de fer dans la vieille chicane pour essayer de passer sous la barre des 95 dB (là il paraît que je suis à 97 dB). C’est important car en Avril et en Mai je vais sur des circuits où il faut être impérativement à 95 dB.
Réduire bruit ligne leovince Chican11
  • Faire un test et monter le pot Kawa d’origine (au cas où…)

La prochaine sortie

Ce sera sur le circuit des Écuyers le 14 Avril. J’y vais avec 2 objectifs en tête :

Freinage – Le plus important

  • Freiner en ligne droite (arrêter de freiner sur l’angle)
  • Une fesse sortie et sentir les cuisses qui serrent le réservoir
  • Avoir les doigts retirés du levier au PMSA
  • Aller du PMSA au PC sur « l’élan »

Position

  • Jamais en ligne ou presque. Une fesse dehors bien avant le virage suivant
  • Pousser le coude intérieur
  • Menton sur la main
  • Cuisse extérieure qui pousse sur le réservoir
  • Forcer le trait et rester déhanché à la ré-accélération
Share this...

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.