Le Fakie en snowboard : les bases pour bien débuter

Question existentielle à propos du Fakie

Lorsque vous faites du Fakie, vous prenez votre planche et vous partez dans le « mauvais sens » (le pied qui habituellement est devant passe derrière et vice-versa). Il est important d’être à l’aise dans cette position carpar exemple, à la suite d’un 180 vous allez vous retrouver… A l’envers, bien vu. De même, vous êtes sur un chemin qui n’en finit pas. Vous avez mal aux orteils… Vous passez en Fakie, vous vous retrouvez sur les talons et tout d’un coup ça va beaucoup mieux. Je dis pas que vous n’allez faire que ça toute la journée, nan mais bon, comme le Ollie, faut l’avoir dans sa panoplie.

En fait, pendant de longues années (quasiment depuis 2003) le titre de la page était là, dans la marge, mais franchement, parce que j’estimais ne pas avoir vraiment compris l’intérêt de la chose, j’ai jamais pris le temps d’écrire quoique se soit sur le sujet. En cette année 2008, cinq ans après la création des premières pages de la section Dr SnowGood, je crois avoir enfin entrevu le « mognon » d’un truc, alors je me lance…

En plus, y a mon gamin qui me pousse à coucher noir sur blanc ce dont on a pu discuter sur le bord des pistes et dans les télésièges. Alors…

Oui bon, tu nous racontes ta vie là, mais elle est où la question à propos du Fakie?… Suite à un long apéro avec un pote on s’est posé la question fondamentale… Maintenant qu’on crois avoir compris l’intérêt du Fakie… Nom de Zeus… Pourquoi on apprend pas le Fakie aux gamins et aux débutants dès le départ? C’est pas « Question pour un champion » mais presque, hein? Bon, là, tout de suite, on a pas tous les éléments pour répondre alors on verra ça dans la conclusion. Pour l’heure, on a du pain sur la planche alors zou, fini l’apéro, fini la philo à deux balles, prenez vos shoes, votre planche on va apprendre la vie, la vraie…

Traversée Fakie en frontside

Heu… Kékiladit t’alleur? On part à l’envers? Il est pas bien le docteur. Faut appeler le SAMU local…

Ok… On se calme, on discute pas dans les rangs et on va direction la piste du Mickey ou une partie très soft de toute autre piste. Ayé, vous êtes installés confortablement dans la neige? Alors voilà ce que je vous propose. Vous vous mettez à quatre pattes, vous vous relevez en front side (face à la montagne, vous êtes sur la pointe des pieds et vos talons ne touchent pas la piste). Là, vous restez zen, vous ne dérappez pas et vous identifiez votre pied avant et votre pied arrière. C’est bon, tout le monde est à bord?

Bien… Alors maintenant vous devez vous rappeler que fondamentalement vous êtes un être symétrique : deux yeux, deux bras, deux jambes… En plus, si vous n’avez pas oublié ce que l’on a dit à propos du matériel, vous vous rappellerez que votre planche est, elle aussi, symétrique et que vos fixations sont règlées en +15 et -15. Bref, tout ça pour dire que « mécaniquement » il n’y a aucune raison, je dis bien aucune, pour que l’ensemble planche plus snowboarder aille plus dans un sens que dans l’autre. Ok là dessus aussi?

Bien… Maintenant que l’aspect « mécanique » a été résolu y plus qu’à y aller… Vous poussez légèrement sur votre « ancien » pied arrière, la planche dérrappe un peu, vous restez zen, vous regardez vers ce qui il y a peu encore était « l’arrière » (vous regardez donc dans le sens de la marche), les épaules sont dans l’axe de la planche, les bras sont écartés et servent de gouvernail, et zou c’est parti vous partez en Fakie pour faire une traversée de la piste du Mickey. A la fin, vous poussez un peu sur votre « ancien » pied avant, vous équilibrez la charge sur les deux jambes et vous vous arrêtez comme une fleur.

Le Fakie? Fastoche! Pas la peine d’en faire tout un plat…

Bon… Ben maintenant vous allez tourner. J’entends par là, nez dans la pente, poids sur « l’ancienne » jambe arrière (celle qui va entrer dans la pente en premier), le visage, les épaules et la planche qui tournent, patati patata…

Heu… Là franchement je le sens pas trop. Déjà « dans le sens normal » c’est pas enore bien cool, alors là… Non… En plus, je vais me retrouver à faire un virage backside (le dos à la montagne), si je me plante, et je sens bien que ça va partir en sucette cette histoire, je vais encore m’éclater le coccyx…

Bon allez, avant d’attaquer notre premier virage en Fakie on va faire une traversée dans l’autre sens…

Traversée Fakie en backside

Vous êtes en front, face à la montagne… Mettez vous à quatre pattes, retournez-vous sur le dos et asseyez-vous. Allez, courage, relevez-vous. Vous êtes en backside, dos à la montagne. Bien… Appuyez lègèrement sur votre « ancien » pied arrière, restez fléchis, souriez, laissez votre centre de gravité entre les deux fixes (ne vous déportez pas vers votre ancienne jambe avant), allez zou, en voiture Simone, vous êtes parti pour une traversée Fakie en backside. A la fin, vous poussez légèrement sur votre « ancienne » jambe avant, équilibre des forces sur les deux talons, arrêt de l’atelage. Fin de la mission. Ouf, vous êtes toujours vivant.

Non! ne vous asseyez pas tout de suite: restez zen et debout.

En effet, fini la comédie, va falloir prendre votre destin en main et y aller pour de vrai ce coup-ci…

Hameçon Fakie en frontside

J’appelle ça un hameçon car comme pour le tout premier virage, je décompose à mort… Ici on ne va pas faire un vrai virage. Vous allez faire partir la planche à plat dans la « pente », faire l’équivalent d’un quart de cercle et vous arrêter gentiment alors que la planche est en train de traverser la piste.

Vous êtes donc debout, en backside, la carre sous les talons mort la neige, les orteils sont légèrement relevés… Tout va bien, vous masterisez cette position depuis des lustres (deux jours au plus, tu parles si je domine…). Pause !

Restez toujours debout ça va pas être long… En fait on a vu l’aspect « mécanique » des choses. Nous sommes maintenant convaincus (hein, vous confirmez, on est tous convaincus) que physiquement ça passe. Bon ben alors qu’est-ce qui fait que vous hésitez à mettre votre « ancien » pied arrière en premier dans la pente? Qu’est-ce qui fait que dans deux secondes, quand la planche sera à plat, le nez dans la pente, vous allez retourner chez maman, vous raidir, repporter tout votre poids sur la jambe arrière, commencer à lever le nez de la planche, ne pas arriver à déclencher votre virage puis finalement, finir par terre…

Vous aurez été vaincu par qui? Par quoi? Sauron? Celui dont on ne peut pas dire le nom? Nan… Rien de tout ça… Vous aurez été vaincu par votre cerveau… Ça laisse rêveur des phrase comme ça, hein? Encore une fois, je le répette, même les surfeurs ont un cerveau et vous, moi enfin tout le monde on a beau être symétrique physiquement on ne l’est pas cérébralement ni psychologiquement… La preuve? Imaginez que vous êtes en vélo… Maintenant visualisez un virage à gauche et un autre à droite… Lequel vous préférez? Hé… Ne me regardez pas comme ça, c’est votre choix, pas le mien…

Heu… Cette histoire de vélo c’est vraiment la clé pour partir en Fakie dans le virage? Parce que là, debout sur ma planche, moi je commence à fatiguer.

En fait non, le vélo ne sert à rien, le seul truc c’est qu’il permet de faire ressortir le fait qu’il y a beaucoup de choses qui se passent dans la tête. Enfin bref, ici on est sur Mickey, y a aucun risque physique alors avant d’y aller (hein, vous allez y aller?) faut oublier que vous aller partir à l’envers, garder en tête qu’au pire vous allez mettre la truffe dans la neige (une fois de plus?), vous concentrer sur la mécanique des choses, dérouler la checklist dans votre tête et y aller… A l’envers certes, mais les idées claires.

La séquence est la même (vraiment la même) que pour le virage front side classique : nez de la planche dans la pente, board à plat, fléchi sur les genoux, poids sur l’avant de la board (sur votre ancien pied arrière), bras écartés, une main sur le nose, l’autre sur le tail de la planche, épaules dans l’axe de la board, visage tourné vers « l’avant » (sens d’avancement). Quand vous serez prêt, comme d’hab’ vous tournerez la tête et les épaules vont suivre. Au bout d’un certains temps, rappelez-vous, pas tout de suite, la planche va suivre et elle aussi va tourner. A ce moment là faudra pas lâcher. Faudra laisser la planche tourner puis quand vous le sentirez vous ré-équilibrerez la pression sur les deux jambes, tout se calmera, les épaules reviendront dans l’axe de la board. La planche s’arrêtera. Vous serez vivant. Tout ira bien. Le seul truc c’est que vous serez parti en mettant votre ancien pied arrière en premier dans la pente.

Petit exercice pratique

Si jamais vous êtes devant un écran ou dans votre lit, fermez les yeux, visualisez la neige, votre planche, votre pied arrière, le sens du virage, la façon dont la planche va s’incliner, vos orteils qui supportent la pression… Prenez votre temps. Pour votre cerveau c’est un peu la m… en ce moment alors puisque vous n’en avez qu’un… Ne le brusquez pas et à l’instar de ce que fait un gars qui fait du bobsleigh ou de la voltige, prenez vraiment le temps de voir la séquence entière.

Ceci étant dit restez humble. On est sur Mickey, y a pas de risque physique et on parle d’un simple virage en Fakie. Le seul truc que j’essaie de dédramatiser (j’en fais peut être des tonnes) c’est que compte tenu de l’objectif, ce dernier est facilement rationalisable, anticipable et que tout va bien se passer.

Allez, zou, allez y et n’hésitez pas à faire plusieurs hameçons en Fakie

Ameçon Fakie en backside

Tout ce qui a été dit précédemment pour l’hameçon Fakie frontside reste vrai. On va donc aller beaucoup plus vite. Mettez vous à quattre pattes et relevez-vous. Là, à l’aide de votre « ancien » pied arrière, mettez « l’ancien » tail de la planche dans la pente. La planche est à plat. Bras écartés, poids sur votre « ancien » pied arrière, tout se passe bien. Maintenant, quand vous le décidez (passez pas quand même 3H à attendre…) vous orientez votre visage, les épaules et les bras suivent… La suite vous la connaissez. La recette, c’est toujours la même… Poids sur l’avant et évitez à tout prix de vous « reculer » sur la planche. Votre centre de gravité doit rester entre les fixes. Votre « ancienne » jambe arrière ne dois pas se raidir.

Ah oui… J’oubliais. N’essayez pas non plus d’abréger le virage en donnant des coups de pied (ou de hanche) avec votre « ancien » pied avant (celui qui est maintenant derrière). Comme pour les tous premiers virages, cela ne sert à rien. La planche ne va pas aimer, ça va pas être beau ni à voir ni a entendre.

Là, j’ai fait court. Allez, à vous de jouer…

Enchaînement de virages en Fakie

C’est comme lorsque l’on a appris les premiers virages… On a fait des hameçons vers la gauche, vers la droite… On est maintenant mûrs pour enchaîner. Je reviens pas sur la méthode, y a pas d’autre choix que de se lancer. Par contre, le truc c’est qu’on repart de zéro. Faut bien penser à tous les petits détails : bras écartés, mains au dessus de la planche, regard au loin, poid sur la jambe « avant » etc.

En gros le Fakie vous offre la possibilité de ré-apprendre le snowboard. Elle est pas belle la vie?

Share this...

Comments are closed.