Installation d’un Raspberry toutes les étapes expliquées

L’installation d’un Raspberry ne pose généralement pas de problème. Il s’agit donc ici d’une check list à suivre étape par étape. Oh, by the way, pour installer un Raspberry en ligne de commande c’est plutôt par ici.

J’écris tout ça en mode « télégraphique » pour pas perdre trop de temps

Récupérer raspbian

Sous Windows, pour installer l’OS sur la carte Micro SD Card il faut récupérer Win32 Disk Manager ou Etcher. J’ai essayé LinuxLive USB Creator mais sans succès. Je n’ai pas trouvé de méthode très simple pour faire cette opération sous Mac.

Maintenance du Raspberry Pi

Je le fais plus ou moins dans l’ordre de mise en route d’un Raspberry tout neuf qui est connecté à un clavier, une souris et un écran.

Configurer le Raspberry

1
sudo raspi-config

Configurer les options de localisation

  • Change Locale
    • Laisser la coche en face de en_GB.UTF-8 UTF-8
    • Cocher fr_FR.UTF-8 UTF-8
  • Change TimeZone
  • Change Keyboard Layout

Sortir de raspi-config et taper ‘é’ et ‘€’ pour vérifier que tout va bien. Taper aussi « Date » pour vérifier l’heure locale.

Changer le mot de passe

1
sudo passwd bob

À la toute première connexion c’est sans doute le premier truc à faire pour le user « pi ». Comme normalement on est connecté en tant que « pi » + « raspberry » il n’y a pas besoin de mettre sudo (pi est sudoer) ni le nom du user. On tape simplement :

1
passwd

Ajouter un user

1
sudo adduser bob

Faut juste répondre aux questions posées et tout devrait bien se passer.

Ajouter un user à la liste des sudoers

Ouvrir une session en tant que pi (qui est sudoer)

1
sudo visudo

Ajouter une ligne du style (c’est une copie de la ligne du user pi)

1
Marcel ALL=(ALL) NOPASSWD: ALL

Sauver le fichier (CTRL+X puis CTRL+O) et normalement le user (Marcel dans notre cas) peut lancer des commandes de type sudo…

Changer le nom de la machine 1/2

1
sudo raspi-config
  • Option Hostname
  • Ce sera utile plus tard pour retrouver la machine sur le réseau

Changer le nom de la machine 2/2

1
sudo nano /etc/hosts

Changer la ligne où il y a raspberry (127.0.1.1) et mettre le nom qui va bien

1
sudo nano /etc/hostname

Changer encore une fois le nom

1
sudo reboot

Boot Option

Ici on va faire en sorte que PIXEL se lance mais demande une ouverture de session. Par défaut, PIXEL démarre en connectant automatiquement le user « pi ». C’est très pratique au tout début mais un peu risky. On procèderait de manière similaire pour que le Raspberry reste en mode console et attende qu’un user reconnu ouvre une session.

1
sudo raspi-config
  • Desktop/CLI
  • Choisir B3 Desktop (requiert un user login)
  • Ok pour rebooter
  • Au reboot choisir le user nouvellement créé (pas le user ‘pi’)

Supprimer un user

Une fois qu’on a un compte qui est ‘sudoer’ et qui marche bien, penser à supprimer le compte « pi » qui est un peu trop connu. Il faut le faire à partir de la session du sudoer. Dans une console, taper :

1
sudo userdel pi

Arrêter le Raspberry

1
sudo shutdown -h now

Redémarrer le Raspberry

1
sudo reboot

Update et upgrade des packages installés

1
2
sudo apt-get update
sudo apt-get upgrade

Update et upgrade de la distribution

1
2
sudo apt-get update
sudo apt-get dist-upgrade

Update du firmware du Raspberry

1
2
3
sudo apt-get install rpi-update
sudo rpi-update
sudo reboot

Ajuster l’écran (éviter les bandes noires)

sudo nano /boot/config.txt

Faire en sorte d’avoir ces paramètres dans le fichier :

  1. disable_overscan=1           # désactive l’overscan
  2. hdmi_mode=16                  # met l’image en 1080p
  3. hdmi_drive=2                    # force le HDMI plutôt que le DVI

Autoriser SSH

SSH n’est plus opérationnel par défaut. Lire cette page si besoin.

sudo raspi-config

  • Interfacing Options
  • P2 SSH
  • Oui
  • OK
  • Finish

Pour connaître l’adr de la machine, saisir

1
ifconfig

Mettre en route le serveur VNC

sudo raspi-config

  • Interfacing Options
  • P3 VNC
  • Oui
  • OK
  • Finish

Quand l’icone est dans la barre de titre, cliquer dessus.

  • Cliquer sur le menu tout en haut à droite
  • Choisir Options
  • Saisir mote de passe
  • Cliquer sur Utilisateurs et autorisations dans la liste de gauche
  • Cliquer sur le bouton Ajouter…
  • Là il faut saisir l’identifiant d’un utilisateur préalablement enregistré
  • Cliquer sur le bouton OK
  • Fermer l’autre fenêtre

Client console (ssh)

Faut retrouver l’adresse ip du Raspberry Pi sur le réseau local (voir ifconfig juste avant). Au pire, la box de la maison permet de le faire aussi.

Mac

Quand c’est fait, sur Mac, dans une console faut taper

1
ssh bob@<adr-ip-du-RPI>

Il faut que le user « bob » existe sur le raspberry et bien sûr faut connaître son mot de passe.

Windows 1/2

Windows on peut utiliser Putty ou Putty Portable. Une fois installé, la méthode est identique mais on passe par une boite de dialogue intermédiaire.

putty

Comme ici je n’ai rien saisi à part l’adr IP du RPI, quand on clique sur le bouton Open, une console s’ouvre et demande le login et le mot de passe (pi, raspberry).

console

Windows 2/2

Sous Windows 10 on peut utiliser Bash (WSL : Windows Subsystem for Linux). Pour configurer Bash c’est par ici. Quand c’est fait, dans la console il suffit d’invoquer un truc du style :

1
ssh bob@192.168.0.47

Il faut bien sûr que l’utilisateur « bob » existe sur la machine dont l’adresse est « 192.168.0.47 ». Il va demander le mot de passe de « bob ». Quand c’est fait, on est à la maison (en mode texte). On peut lancer raspi-config si besoin etc.

VNC Viewer

  • Je suis sous Windows 10.
  • Aller sur cette page pour télécharger VNC Viewer
  • Lancer l’application
  • Dans la barre, en haut, saisir l’adr du Raspberry (Ex : 192.168.1.3)
  • Une boite de dialogue d’authentification apparaît. Il faut donner
    • Id de l’utilisateur
    • Son mot de passe sur le Raspberry
  • Cliquer sur OK
  • La connexion s’établit
  • On peut prendre le contrôle graphique du Raspberry Pi
Prise de contrôle graphique du Raspberry avec VNC
Prise de contrôle graphique du Raspberry avec VNC

Client Graphique (X11 forwarding)

C’est un peu inutile car il y a VNC. Enfin bref… Via une console ssh par exemple il faut paramétrer le RPI et éditer le fichier sshd_config du RPI

1
sudo nano /etc/ssh/sshd_config

Et y ajouter la ligne suivante

1
X11Forwarding yes

Après avoir sauvegardé le fichier, il faut redémarrer le serveur ssh avec la commande

1
sudo /etc/init.d/ssh restart

Ensuite depuis le client distant on ouvre une nouvelle console ssh et on se connecte  avec la commande

1
ssh pi@<adr-ip du RPI> -X

 Mac

Pour pouvoir lancer un client graphique il faut au préalable installer un serveur X11. Faut aller dans Launchpad/Utilitaires/X11. Si besoin faut installer XQuartz.

A partir de là, si dans la console ssh précédente on tape « epiphany & », le browser du RPI doit apparaître dans une fenêtre sur le Mac. Bref on peut dorénavant « travailler » sur le RPI à distance que ce soit via une console texte ou une fenêtre graphique.

Windows

Lire cet article et installer XMing. Quand c’est fait, sous Windows, une fois que XMing a été préalablement lancé, si dans la console ssh précédente je tape « epiphany & », le serveur X11 qui tourne sous Windows 7, reçoit les informations graphiques en provenance du RPI et affiche les pages qui sont consultées sur le RPI. Si je reviens dans la console ssh et si je tape « leafpad & » alors l’éditeur de texte par défaut du RPI s’affiche dans une autre fenêtre Windows.

X11SousWindows

On est dorénavant prêt à « travailler » à distance avec le RPI que ce soit via une console texte ou une fenêtre graphique.

La suite au prochain épisode…

Share this...

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.